"La vie est un piètre auteur : les mots sont la, les sentiments aussi, seul l'ordre manque."

 

 

Ma vie amoureuse à été une succession de mauvais timing. Je mets tellement de temps à m'attacher que lorsque j'y arrive enfin, l'autre s'est lassé.

J'ai l'impression de ne pas ressentir mes sentiments. Je me mens à moi même en prétendant que je n'éprouve rien. En vérité, j'ai firté avec l'amour. Moi qui ait toujours chercher à le fuir, lui et ce que cela impliquait. Les effusions, les mots doux, les compromis pour faire plaisir à l'autre, le fait de le faire passer avant soi. J'ai toujours trouvé ces choses là stupides. Je tiens énormément à ma liberté. Alors faire passer quelqu'un d'autre avant moi ? Quel ridicule.

Et pourtant....

Je ne pensais pas que cela arriverait un jour et puis je me suis attachée à quelqu'un. Je suis devenue dépendante de lui, de son humeur. J'attendais sans cesse ses messages. 

J'aurai pu tout lui donner, tout lui passer. Mais c'était un combat intérieur contre moi même. Je ne voulais pas me l'avouer. Et puis de toutes façons, il était loin. Donc peu importe ce que j'éprouvais pour lui, je ne lui ai rien dit. J'ai fait pas mal d'erreurs qui l'ont éloigné de moi, je l'ai repoussé par peur de ce que je ressentais. Il n'a pas compris. Comment aurait-il pu ? Il m'a blessé plus d'une fois consiemment ou pas, je ne le saurai jamais. Jusqu'au jour où... Il est partit. Avec une autre.

 

Et maintenant, il ne me reste que des vagues souvenirs, de nos discussions passées, de nos derniers moments ensemble. Ils reviennent par vague et me paralysent quand j'y repense.

Je donne le change mais mes pensées sont sans cesse tourner vers lui, avec le faible espoir que notre histoire ne se termine pas ainsi. Mais finalement c'est l'espoir qui me fait le plus de mal. Je sais que c'est terminé, je me le répète pour tenter de m'en convaincre. Et une fois encore, je m'aperçois que je n'y arrive pas.

Je voudrai pouvoir anesthésier mon coeur, me forcer à oulier ce que je ressens. Et parfois, j'y arrive. Mais à quel prix ? Ce ne sont que des sentiments refoulés qui reviennent à la surface violemment. Je sombre dans une spirale infernale pour essayer d'oublier que je peux ressentir les choses. Je me livre un combat perpétuel entre les moments où je fais face à mes désillusions, ou je me dis que ça ne m'arrivera plus et les moments où j'attends ardemment que ça me retombe dessus quit à souffrir une nouvelle fois. Je suis torturée par mes propres émotions et complètement instable sentimalement.
Chaque matin, durant 5 secondes je suis heureuse. Et puis je me rappelle que c'est terminé. Et le vide se creuse dans mon coeur.

 

Ce même vide quand je le vois parler d'elle, quand je l'imagine avec elle. Parce que fut un temps c'est à moi qu'il donnait tous ces surnoms dégouliants d'amour que je trouvais ridicules. Mais je le laissai faire, je crois que j'aimais bien quand même.  

 

Avant ça, je ne me rendais pas compte comment le fait de mettre des mots sur ce que je ressens me permet de m'en libérer.